In-Memoriam

Tout au courant de l’année, le Souvenir Français au Royaume-Uni honore la mémoire d’hommes et femmes morts pour le service de la nation dans l’année en cours, ou bien un évènement plus lointain dans le temps, mais néanmoins autant important pour notre mémoire. 


Mai 2020

Le Souvenir Français se souvient de l’artilleur parachutiste de 1ere classe Daniel Richard du 35e RAP, décédé le 24 mai 1982 lors de l’attentat à la voiture piégé causant 11 morts et 27 blessés, dont plusieurs membres de l’ambassade de France à Beyrouth.

AVRIL 2020

Le Souvenir Français se souvient des 400 morts et plus de mille blessés lors du bombardement des usines de Renault Boulogne-Billancourt lors de l’intensification des bombardements allies en Avril 1943.

MARS 2020

Le Souvenir Français se souvient des crimes de guerre commis par l’armée ennemie contre les soldats français qui ont résisté avec héroïsme malgré un armement obsolète et des effectifs réduits et affaiblis dès le 9 mars 1945 en Indochine.

FEVRIER 2020

Le Souvenir Français se souvient des hommes de la bataille de Verdun qui  débute le 21 Février 1914. Après 10 mois d’atroces souffrances pour les deux camps, le bilan inclut 378 000 hommes français (62 000 tués, plus de 101 000 disparus et plus de 215 000 blessés, souvent invalides).

JANVIER 2020

Le Souvenir Francais se souvient de l’adjudant Rameau Bertrand du 1er RPIMa, mort en opération extérieure, décédé le 5 janvier 1990 en mission aux Comores.

DECEMBRE 2019

Le mercredi 13 décembre, le General Royce fait accepter au Commandement Suprême Allié, le S.H.A.E.F., un bombardement de « la ville de Royan ». Ces objectifs sont confirmés par le télégramme du 16 décembre du général Spaatz, commandant des forces stratégiques américaines de bombardement en Europe.  Le 18 Décembre, le général américain Anderson résume leur participation à l’opération Indépendance : « La ville de Royan située sur la rive est de l’estuaire de la Gironde est puissamment défendue et à présent constitue le point principal de résistance. La population civile a été évacuée de Royan et après le 15 décembre 1944, la ville et les défenses côtières peuvent faire l’objet d’une attaque aérienne. Toute destruction ou neutralisation temporaire de ces objectifs par une attaque aérienne sera une contribution matérielle au succès et à la réalisation rapide de cette opération et apportera une réduction des pertes des forces terrestres et maritimes . L’attaque est repoussée plusieurs fois, mais a finalement lieu, tout début janvier, en deux vagues. Royan est rayée de la carte. L’ennemi perd 47 hommes et 442 Royannais y ont laissé la vie sur les 2 223 restés en ville. 300 à 400 sont blessés.

NOVEMBRE 2019

Depuis 1963 et la fin des guerres de décolonisation, 549 soldats français sont morts sur 17 théâtres d’opérations extérieures. Le lundi 11 Novembre 2019, le Souvenir Français participe aux cérémonies nationales organisées à Paris en particulier l’inauguration par le Président de la République du monument d’hommage aux 548 combattants OPEX « Mort pour la France ». Le Souvenir Français se souvient entre autre des 58 paras français tombés le 23 octobre 1983 a Beyrouth.

Le Souvenir Français se souvient des Scouts de France et en particulier du clan routier Guy de Larigaudie de Belfort,  décoré à titre collectif de la médaille de la Résistance. Il fut très actif dans la Résistance: renseignements, liaison, distribution de tracts et de journaux clandestins, réception des parachutages d’armes, transport de matériel parachuté, d’explosifs et de détonateurs. 11 des 24 scouts tombent en Novembre 1944 lors de violents combats à Belfort.

Octobre 2019

Le sergent-chef Edgar Roellinger, 27 ans, le caporal-chef de 1ère classe Cédric Guyot, 31 ans, et le caporal-chef de 1ère classe Mickaël Vandeville, 30 ans sont morts accidentellement dans une opération contre l’orpaillage illégal en Guyane. Alors qu’ils s’apprêtaient à disposer des charges explosives pour détruire les installations souterraines des orpailleurs, ils ont été victimes d’émanations toxiques au fond d’une galerie. Tous les trois appartenaient au 19e régiment du génie de Besançon.

Le 23 novembre 1944, la deuxième DB libère la ville de Strasbourg, mettant fin à plus de quatre années d’occupation ennemie.